Exposer l’Égypte ancienne au Louvre et au musée Guimet au XIXe siècle

Thomas Lebée

Au XIXe siècle, les principales sources de l’égyptologie naissante se trouvent dans les musées. L’exposition de ces collections, exotiques et impénétrables au profane, nécessite un véritable travail de pédagogie pour présenter à travers elles toute une civilisation.
Nous analysons ici les modalités de l’exposition des antiquités égyptiennes au Louvre et au musée Guimet parisien, depuis leurs fondations respectives jusqu’à la Première Guerre mondiale.

Le musée égyptien du Louvre : exposer l’égyptologie

Au Louvre, les collections égyptiennes reçoivent en 1826 la moitié orientale de l’aile sud de la Cour carrée, pour être organisées et présentées au sein du « musée Charles-X ». Champollion veut y exposer, de manière rationnelle et méthodique, tout une civilisation redécouverte.

1. Plan du musée Charles X en 1826 (Fond de carte : projet Alpage, https://alpage.huma-num.fr/)

Le parcours comprend alors quatre salles, qui regroupent les objets selon les trois catégories : deux salles funéraires ; une salle des dieux, sorte de panthéon regroupant en séries les statues de divinités ; et une salle civile, avec les monuments royaux dans l’ordre chronologique. Il s’agit manifestement de bâtir des séries de référence, alors que la chronologie égyptienne est encore bien hésitante. Cette entreprise vise à la fois à constituer un outil de travail pour les savants et une démonstration des progrès de la science. La succession des salles rompt cependant cette organisation intellectuelle rigoureuse à cause de contraintes architecturales : la salle civile sépare ainsi deux salles funéraires aux collections pourtant homogènes.

Les années 1850 : des salles historiques

La première évolution notable est l’aménagement de la grande galerie Henri-IV, au rez-de-chaussée de la colonnade en 1849, pour y installer les monuments de grande taille, présentés par ordre chronologique. Le discours thématique mis en place par Champollion sur la culture égyptienne se double alors d’une approche chronologique.
En 1850, on aménage le vestibule de l’escalier du midi ; il reçoit bientôt les collections envoyées par Auguste Mariette du Sérapéum entre 1852 et 1853, dont beaucoup remontent à l’Ancien Empire. Cette salle est vite associée aux premières dynasties : un espace particulier se trouve dès lors dévolu à une partie précise de la chronologie.
Le discours érudit de contextualisation des pièces est également toujours présent, et de larges cartels figurent sur chacune des images qui documentent l’état de ces salles ; on y trouve aussi des moulages et des copies de peintures murales.

Les années 1890-1900 : Bénédite réorganise les salles

De 1896 à 1905, toutes les salles du département sont réorganisées. Bénédite organise des salles chronologiques autour des statues les plus anciennes ; l’enjeux n’est alors plus d’établir des séries de référence. L’enfilade Charles-X est remaniée pour présenter successivement le mobilier funéraire, l’« art industriel », les monuments figurés et enfin les bijoux et les bronzes : les collections ne sont alors plus de simples illustrations d’un discours savant, mais au contraire forment l’objet de celui-ci, qui s’organise autour d’elle.

2. La galerie Henri-IV en 1908 Archives nationales, 20144775/22

Le parcours du musée égyptien s’accroît enfin en 1903 de la chapelle décorée du mastaba d’Akhethétep à Saqqara, démantelée et remontée pierre à pierre à Paris. Elle est présentée à partir de 1905 dans le pavillon de Sessions, où sont rassemblées tous les bas-reliefs et statues contemporains des salles du rez-de chaussée.

3. Plan des salles égyptiennes de l’étage remaniées par Bénédite en 1902. Fond de carte : projet Alpage (https://alpage.huma-num.fr/)

En neuf ans, le parcours a ainsi été complément rénové, et s’organise désormais selon une logique chronologique et typologique, cherchant à illustrer la culture matérielle de l’Égypte antique de la manière la plus complète ; ce projet se distingue du dessein encyclopédique de Champollion qui voulait embrasser la civilisation égyptienne toute entière, de manière finalement assez intellectuelle, à travers des salles thématiques. C’est précisément dans les mêmes années que s’organise un autre musée parisien présentant des collections égyptiennes : le musée d’histoire des religions d’Émile Guimet.

Le musée Guimet de Paris : l’Égypte ancienne, chapitre de l’histoire des religions

Un laboratoire de recherche et d’enseignement

Après un voyage en Égypte en 1865-1866, l’industriel entreprend de fonder à Lyon un centre d’étude d’histoire des religions, adossé à un musée qu’il fait édifier. Pour toucher un public plus large, Guimet déménage l’institution à Paris et en fait don à l’État ; le nouveau musée ouvre au public en 1889.

4. Le musée Guimet parisien, 1888 Bibliothèque historique de la Ville de Paris (1-EST-02801)

Ce musée se caractérise par une volonté pédagogique manifeste. La place de l’Égypte ancienne dans ce dispositif ne semble pas fondamentale, sinon pour les cultes isiaques ; la galerie qui est réservée aux pièces égyptiennes clôture le parcours. Mais la présence d’égyptologues dans l’établissement (Henri Galliment puis Alexandre Moret) et le soutien accordé par Guimet à des campagnes de fouilles en Égypte accroît le poids de ce domaine dans l’institution.

Les salles égyptiennes

Les collections se déploient dans la galerie du deuxième étage de l’aile donnant sur la rue Boissière. Au fil des années suivantes, les salles connaissent peu de modifications, sinon l’occupation du deuxième étage de la tour d’angle du musée (au-dessus de la bibliothèque) pour les vestiges d’Antinoé.
Le parcours conserve la même progression : la première salle évoque les croyances et les pratiques funéraires ; ensuite sont présentées les images des divinités. Suivent des pièces plus « généralistes », qui illustrent l’histoire égyptienne ; on y fait suivre les récentes découvertes archéologiques. Le parcours se termine sur le dernier stade de la religion égyptienne et sa diffusion dans l’Empire romain.

5. Les salles égyptiennes du musée Guimet dans les années 1900

Les dispositifs auxiliaires à la visite

Alors qu’au Louvre, la place des collections demeure centrale, elles ont au musée Guimet un rôle moins prééminent et s’insèrent dans un véritable système pédagogique. L’institution utilise aussi ses activités d’édition, des conférences, une bibliothèque ouverte aux chercheurs, des relevés de peintures, des photographies et des moulages. Il a même été projeté d’y installer un panorama et des reconstitutions de tombeaux.

La présentation des momies d’Antinoé a un retentissement particulier : le fouilleur Gayet présente le contenu des tombes nouvellement ouvertes en disposant autour des corps le mobilier funéraire qui les accompagne. En analysant ce matériel archéologique, il développe un récit pour caractériser chacune des momies de manière évocatrice. Elles sont ensuite présentées au musée Guimet, dans la rotonde qui surmonte la bibliothèque, selon la même disposition efficace.

6. Musée Guimet, galerie circulaire (1909) Médiathèque de l’architecture et du patrimoine, base Mémoire, image 68L04036

Au Louvre, la volonté de développer un discours scientifique a connu bien des modalités : le projet encyclopédique initial embrasse toute la civilisation égyptienne. Une organisation chronologique, puis une logique de typologies s’y sont ajoutées. L’organisation du parcours inverse progressivement la perspective : le parcours de Champollion utilisait les collections comme illustrations à son discours historique ; celui de Bénédite, au contraire, développe à partir des objets et de leur groupement un commentaire sur la culture matérielle et la civilisation égyptiennes.

Au musée Guimet, l’organisation des salles aborde le monde funéraire, les divinités, et progressivement les vestiges archéologiques récemment exhumés, qui aboutissent à la création d’espaces consacrés aux fouilles d’Antinoé, puis à celles d’Abydos. Le musée Guimet semble aussi avoir entrepris davantage d’expérimentations dans la présentation de ces collections ; il jouissait cependant d’une grande autonomie et d’un cadre administratif moins contraignant que celui qui pesait sur le Louvre.

Les ambitions des deux institutions étaient bien différentes, tout comme leurs moyens et leurs organisations. Chacune d’elles tirait parti de ses espaces pour exposer de la manière la plus avantageuse ses collections, qu’elle complétait par des dispositifs des médiations diverses : images, moulages, publications, conférences, etc. Les deux musées témoignent ainsi de la préoccupation partagée de rendre intelligibles leurs collections dans le cadre contraignant de leurs possibilités matérielles, en expérimentant et en faisant évoluer leurs discours.


Par Thomas Lebée

Chargé de travaux dirigés (École du Louvre) ; documentaliste scientifique au département des antiquités grecques, étrusques et romaines (musée du Louvre)

3 commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.