Le Musée d’art colonial San Francisco à Santiago (Chili) ou le couvent franciscain comme espace muséographique

Sabine Berger

Sabine Berger

Institué en 1969 dans le couvent adjacent à l’église Saint-François-d’Assise de Santiago du Chili, le Museo de Arte Colonial San Francisco est un musée d’art colonial abritant des œuvres et des objets d’intérêt historique, artistique et scientifique. Ses collections couvrent la période coloniale de l’histoire chilienne et plus largement des pays latino-américains voisins : peintures religieuses et portraits, sculptures de dévotion, pièces liturgiques et mobilier ancien composent notamment l’un des plus riches patrimoines muséaux nationaux. L’une des pièces maîtresses du musée est un immense arbre généalogique peint de l’ordre franciscain, comparable à celui de Cuzco, au Pérou. Les cloîtres franciscains de Santiago et de Cuzco, bâtis sensiblement à la même époque et réaffectés aujourd’hui en musées, présentent d’ailleurs certaines similitudes architecturales et particularités muséographiques communes autorisant d’intéressantes mises en parallèle – ce point sera développé dans la publication de cette communication.
Comment s’est effectuée la transformation de l’ensemble conventuel San Francisco de Santiago, centre névralgique de la vie des frères mineurs au Chili depuis le milieu du XVIe siècle, en un site patrimonial et muséal de premier plan, à la fois lieu de ressourcement et de découverte artistique au cœur de la capitale effervescente ? Si la typologie des œuvres présentées au public ne diffère en rien de celle de la plupart des musées d’art colonial sud- et centre-américains, l’utilisation renouvelée de l’espace architectural, des jardins et des abords du couvent pour l’exposition des collections ou la tenue d’activités culturelles appelle quelques observations.
Nous proposons ainsi une déambulation dans les salles et couloirs du monastère franciscain qui invitera aussi à découvrir les plus récentes actions de valorisation culturelle et patrimoniale d’un musée résolument ouvert sur la cité.

Un premier ermitage (1544), dédié à la Vierge du Perpétuel-Secours (Virgen del Perpetuo Socorro) [sainte patronne de la ville à partir de 1645], est édifié peu après la fondation, par le conquistador Pedro de Valdivia, de la ville de Santiago. Les Franciscains, obtenant en 1554 des autorités coloniales la cession de l’ermitage et s’engageant à ériger une église pour accueillir l’image de la Vierge, lancent au milieu des années 1570 la construction d’une église en adobe, de style vernaculaire, qui ne résistera pas au tremblement de terre de 1583. Grâce à l’appui financier des fidèles et du roi Philippe II d’Espagne, est lancée à la fin du XVIe siècle la réédification de l’église, consacrée en 1618 ; la construction de cloîtres suit immédiatement, pour une mise en service dans les années 1620. Aux XVIIe et XVIIIe siècles, une infirmerie, un réfectoire et des jardins complètent l’établissement tandis que l’église est augmentée de bas-côtés et de chapelles latérales. D’autres travaux touchent les bâtiments au cours du XIXe siècle, plusieurs séismes les ayant précédemment affectés (en particulier celui de 1647). Le début du XXe siècle correspond à des temps difficiles pour l’ordre franciscain qui, contraint à vendre une partie de son patrimoine foncier (1913), ne conserve que l’église et le cloître voisin : plusieurs autres cloîtres, des patios et un verger sont lotis et deviendront dans les années 1920 le quartier Paris-Londres. En 1951, l’ensemble conventuel est classé « Monument national » et bénéficie de travaux de réhabilitation.
Conçu d’adobe, de pierres et de bois de cyprès, le couvent s’ouvre par quatre galeries ponctuées d’épaisses colonnes toscanes sur un jardin enclos, le « jardin colonial », organisé autour d’une fontaine où s’abreuvent de nombreux volatiles : cet espace, parcouru de larges allées de terre battue, accueille une végétation luxuriante d’espèces indigènes. Les galeries assurent la distribution entre les différents espaces conventuels, qu’ils soient publics (comme les zones d’exposition et la bibliothèque) ou privatifs (le dortoir des frères occupant l’étage). Le musée d’art colonial a naturellement pris place au sein du plus ancien édifice colonial du Chili.
Pas de métamorphose radicale, donc, mais une réaffectation judicieuse qui débute par la création d’un comité de restauration des bâtiments conventuels en 1960. Fruit des prescriptions issues du IIe concile œcuménique du Vatican dit Vatican II (1962-1965), le musée vise à constituer un point de rencontre entre les religieux franciscains et la société civile, les collections d’art sacré – objets, sculptures et peintures créées pour la catéchèse des populations autochtones à l’époque coloniale – participant d’une véritable « évangélisation par l’art », une pédagogie adressée de nos jours au plus grand nombre. Il est ainsi décidé, dans la seconde moitié des années 1960, de faire bénéficier la population chilienne des richesses patrimoniales accumulées au fil des siècles dans l’ancien couvent : les frères choisissent de consacrer le rez-de-chaussée de celui-ci à la création d’un musée didactique, inauguré à la Saint-François, le 4 octobre 1969. Les collections se déploient à travers plusieurs salles de même que dans les galeries du cloître.
Le musée se veut également inclusif, une vocation renforcée depuis 2015 : il pratique en effet une tarification modeste et a récemment multiplié les aménagements destinés à faciliter la visite des publics en situation de handicap moteur, visuel, auditif ou mental – rampes d’accès, cartels en braille, vidéos sous-titrées, etc. Son accessibilité se traduit aussi sur le plan éducatif, le musée encourageant vivement la venue de visiteurs d’horizons culturels et spirituels variés – les brochures sont délibérément simples et abondamment illustrées –, et sur le plan culturel, certains locaux pouvant être mis à disposition d’artistes aux ressources financières limitées, à la recherche d’un espace d’exposition.
Depuis décembre 2018, dans une perspective d’adéquation aux mutations de la société chilienne comme pour insuffler une nouvelle dynamique à l’institution, le Museo de Arte Colonial San Francisco s’est doté d’un directoire paritaire composé de trois Franciscains et de trois laïques aux compétences complémentaires : le provincial des Franciscains du Chili, deux frères chargés de la gestion administrative et financière, une architecte, une historienne de l’art et une directrice expérimentée dans le secteur culturel. Cette organisation collégiale œuvre désormais à consolider les passerelles entre sphère religieuse et citoyens.
Les œuvres sont disposées dans six principaux espaces thématiques : la « Salle de la sacristie » abrite la généalogie peinte de l’ordre franciscain, des œuvres mariales (en particulier des scènes de la vie de Marie réalisées par l’Ecole de Cuzco, XVIIe-XVIIIe siècles) et du mobilier ainsi que des objets liturgiques d’époque coloniale ; la « Salle San Pedro de Alcántara » est consacrée à saint Pierre d’Alcántara, réformateur des Franciscains au XVIe siècle ; la « Salle Gabriela Mistral » présente des objets personnels de la poétesse, éducatrice et diplomate chilienne, notamment la médaille d’or reçue lors de la remise de son Prix Nobel de littérature en 1945, léguée au peuple chilien et placée sous la protection de l’ordre franciscain ; la salle capitulaire regroupe meubles, peintures et vaisselle liturgique d’argent (XVIe-XVIIIe siècles) ; la « Grande salle » regroupe une quarantaine de peintures de l’Ecole de Cuzco (seconde moitié du XVIIe siècle) illustrant la vie de saint François ; enfin, la « Salle San Diego de Alcalá » est dédiée au saint franciscain éponyme, frère lai espagnol dont la vie et les miracles sont relatés sur une série de peintures de l’Ecole de Cuzco. Hésitant encore entre saturation et dépouillement, la muséographie est appelée à évoluer dans les prochaines années.
L’équipe du musée, composée d’une vingtaine d’employés en charge de l’administration des lieux, de la programmation des activités culturelles et des actions de médiation aux publics (par exemple les visites théâtralisées), œuvre à conjuguer les dimensions culturelle et pastorale de l’activité du musée ; ce dernier définit d’ailleurs sa mission comme un engagement « [d’]évangélisation et [de] diffusion de la spiritualité chrétienne, catholique et franciscaine à travers les différentes formes d’art et de culture ». Les œuvres d’art colonial n’ont rien perdu de leur puissance didactique, restant le support manifeste d’une pédagogie visuelle au service de la promotion des valeurs franciscaines.

Monument-témoin de la création architecturale coloniale en terres chiliennes, le Museo de Arte Colonial San Francisco a accompli avec une inventivité certaine sa transition vers le XXIe siècle (présence numérique) sans renoncer pour autant à ses missions premières (éducation permanente, éveil à la spiritualité) : laïcs et franciscains y travaillent aujourd’hui conjointement au développement de nouvelles alliances humaines et institutionnelles permettant de vivifier le patrimoine artistique du musée et de donner du sens à l’héritage franciscain au Chili.
2019 est en outre une date-anniversaire puisque le musée célèbre cette année les cinquante ans de son institution avec force manifestations culturelles minutieusement relatées et relayées sur les réseaux sociaux : rassemblant sous le hashtag #EscápateAlMuseo sa communauté d’habitués comme de visiteurs occasionnels, le musée a ouvert gratuitement ses portes le 12 février, date de la fondation de Santiago (1541).
La municipalité, investie dans la mise en valeur du patrimoine architectural ancien de la capitale, a intégré le site dans la Route des églises (« Ruta de las iglesias »), une initiative émanant de l’office du tourisme qui vise à inciter Santiagois et voyageurs à redécouvrir tous les mardis les principaux établissements religieux du cœur de ville. Le musée se découvre enfin lors de la Nuit des Musées (« Noche en el Museo »), moment d’évasion culturelle en horaires décalés.
Plus que l’une des plus vastes collections d’art colonial sud-américaines, le Museo de Arte Colonial San Francisco, « oasis du Grand Santiago », constitue avant tout un havre préservé où, comme le rappelle sa nouvelle directrice Orietta Grendi et dans un esprit franciscain perméable aux préoccupations sociétales du XXIe siècle, dialoguent « la paix, l’écologie et la spiritualité » à une époque de nécessaire réinvention du lien entre musée d’art religieux et société laïcisante.

Bibliographie et webographie succinctes

― http://museosanfrancisco.com/es.
― BENAVIDES RODRIGUEZ Alfredo, Las pinturas coloniales del Convento de San Francisco de Santiago, Academia Chilena de Historia, Santiago, 1954.
― CRUZ DE AMENABAR Isabel, Museo de San Francisco, Santiago de Chile, Museo San Francisco, Santiago, 1996.
― LABORDE Miguel, Templos históricos de Santiago, El Mercurio, Santiago, 1987.
― MEBOLD KÖNENKAMP Luis, MONTOYA VELIZ Jorge, Catálogo de pintura colonial en Chile. Convento-Museo San Francisco, Santiago, Ediciones Universidad Católica de Chile, Santiago, 2010.


Par Sabine Berger

Medieval art historian (University Paris IV-Sorbonne)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.