Scénographier une archéologie inédite : l’exposition « AlUla, merveille d’Arabie » à l’Institut du monde arabe

Virginia Cassola

D’octobre 2019 à janvier 2020, l’Institut du monde arabe (IMA) à Paris a conçu et présenté l’exposition temporaire itinérante « AlUla, merveille d’Arabie. L’oasis aux 7000 ans d’histoire » en partenariat avec la Commission royale pour AlUla (RCU). L’exposition contait l’histoire de l’une des vallées les plus fertiles de la péninsule Arabique. Située au nord-ouest de l’Arabie saoudite, AlUla est habitée, traversée et visitée depuis des millénaires : les caravanes de l’encens s’y arrêtaient en route vers les ports de la Méditerranée, les pèlerins musulmans venant de Syrie s’y désaltéraient avant d’arriver aux lieux saints, des voyageurs et savants y ont documenté ses vestiges et rencontré ses habitants dès le XIXe siècle. Prochainement, les touristes internationaux pourront la découvrir grâce à une mise en tourisme réalisée par le partenariat franco-saoudien entre la RCU et l’Agence française pour le développement d’AlUla, dans le cadre de l’accord bilatéral signé entre la France et l’Arabie saoudite en 2018.

Le patrimoine archéologique de l’Arabie saoudite, bien que fouillé, documenté et publié depuis plus de cinquante ans, reste méconnu pour les non spécialistes. L’exposition « AlUla, merveille d’Arabie » programmée dans l’institution qui œuvre en France au dialogue avec le monde arabe, avait ainsi pour objectif de raconter l’histoire longue de la vallée de manière spectaculaire, pour mettre à l’honneur le paysage qui l’est tout autant ; immersive, pour retracer le lien qui ont unit les sociétés d’AlUla à leur environnement ; et pédagogique, afin que chacun puisse apprendre et se délecter.

Pourquoi cette exposition en 2019 en France ?

L’IMA a présenté en exclusivité la longue histoire d’AlUla, dont celle de ses deux villes antiques majeurs de l’Antiquité dans la péninsule Arabique : Dadan (VIIIe-Ier s. av. J.-C.), mentionnée dans la Bible (Isa. 21, 13), dont le sanctuaire témoigne des cultes préislamiques, et Hégra ( Ier s. av.– Ier s. apr. J.-C.), cité nabatéenne petite sœur de Pétra (Jordanie), inscrite au Patrimoine mondial de l’Unesco depuis 2008. Elles sont toutes deux déjà présentées dans l’exposition itinérante « Routes d’Arabie » (inaugurée au musée du Louvre en 2010), mais « AlUla, merveille d’Arabie » est la première à leur donner une place prépondérante grâce notamment à son co-commissariat scientifique : Laïla Nehmé, directrice de recherche au CNRS et co-directrice de la mission archéologique franco-saoudienne à Hégra, et Abdulrahman Alsuhaibani, archéologue et auteur d’une thèse de doctorat, en français, sur l’architecture des sanctuaires de Dadan, aujourd’hui directeur des musées et expositions à la RCU.


Fig. 1 : Tombeau Qasr al-Farid du site de Hégra à AlUla © auteure

AlUla n’est ni une simple scène archéologique, ni une quelconque vallée au paysage naturel certes majestueux (montagnes de grès rouge, plateaux basaltiques, palmeraies et jardins odoriférants…). Elle est le témoignage de la succession de sociétés au carrefour de principaux échanges commerciaux, religieux, politiques et culturels. Les fouilles archéologiques menées depuis 2002 à Hégra et 2004 à Dadan, qui s’accompagnent depuis 2018 de relevés architecturaux, prospections botaniques et entretiens, sont autant de sources pour raconter les mille et une vies d’AlUla. Mais l’exposition temporaire demande aux concepteurs et commissaires d’opérer des choix pour émerveiller et instruire le visiteur.

Scénographier une archéologie inédite

La conception de l’exposition a soulevé plusieurs défis : représenter une vallée de la taille de la Belgique dans les espaces clos de 1100 m2 de l’IMA ; conter 7000 ans d’histoire avec des collections alors à disposition et des recherches en cours ; créer un lien entre l’environnement et l’histoire afin d’ancrer les constructions humaines dans leur contexte ; et faire comprendre aux visiteurs qu’AlUla est habitée et qu’elle n’est pas un seul dépositoire archéologique et historique. Le parcours retenu a été le suivant : au premier étage, accueillir le visiteur avec une AlUla « vue du ciel » par Yann Arthus-Bertrand afin de poser le décor (introduction), et présenter ses principales caractéristiques géologiques et horticoles avec un dispositif d’immersion dans un jardin (première section) ; au second étage, faire entrer le visiteur dans l’histoire par une visite des sites de Dadan et Hégra et une lecture des principaux alphabets (deuxième section), puis raconter la transformation de la vallée aux époques islamique et ottomane du VIIe au début du XXe siècle (troisième section), avant de diffuser des témoignages d’habitants actuels, mémoire vivante d’AlUla (conclusion). L’agence Du&Ma a été choisie pour créer la scénographie de ce parcours.

Une section entière est consacrée à Dadan et Hégra qui se sont succédés dans le temps, le royaume nabatéen ayant remplacé au Ier siècle avant notre ère celui de Dadan pour le contrôle de ce carrefour caravanier. Ces deux sites diffèrent par leur topographie et l’essence des objets découverts. Les sanctuaires de Dadan sont aujourd’hui de vastes lieux archéologiques peu lisibles par les non-initiés, dont les pièces (statues, autels, encensoirs) témoignent de cultes préislamiques connus, tandis qu’Hégra est constituée de tombeaux majestueux, au contenu funéraire fragile (cuirs, tissus, graines, ossements…) dont les chercheurs ont réussi à percer les secrets ces dernières années seulement. Il a donc fallu scénographier et contextualiser des vestiges autant inédits que radicalement différents, dans une exposition temporaire où doivent se conjuguer discours scientifique, interactivité, et pédagogie, et où l’archéologie est un élément de l’exposition, mais non sa thématique principale.

Les collections venant d’Arabie saoudite, dont 95% présentées pour la première fois, ont été au cœur de la réflexion. À Dadan, statues monumentales royales, brûles-encens et ex-votos ont été exposés dans une scénographie dégagée et lumineuse qui rappelle les vestiges des sanctuaires à ciel ouvert. Ces pièces ont été accompagnées d’un dispositif de médiation sous la forme d’une carte interactive à six points, correspondant à six lieux ou thématiques développées par des images et de courtes présentations d’Abdulrahman Alsuhaibani : un dispositif simple qui devait permettre de créer un lien entre les objets et le site, tout en mettant en valeur le travail de l’archéologue rarement présenté en tant que tel dans les expositions temporaires.


Fig. 2 : Entrée de la section « Les royaumes préislamiques » et vue sur les collections monumentales des sanctuaires de Dadan à AlUla © auteure

Le site de Hégra est reconnaissable par ses tombeaux monumentaux, dont l’un, le Qasr al-Farid (littéralement « le tombeau solitaire » du fait de son emplacement isolé par rapport aux autres tombeaux regroupés dans des montagnes), a d’ailleurs été choisi comme symbole d’AlUla sur l’affiche de l’exposition. La reproduction d’un tombeau à échelle 1 : 1 a été rapidement retenue. Elle a permis d’y raconter le déroulement d’une cérémonie funéraire en reliant le contenu au contenant ; d’exposer dans la pénombre le squelette d’une femme nabatéenne et de fragiles tissus et cuirs vieux de 2000 ans, en maintenant tant le respect dû à la présentation de restes humains que les exigences de conservation préventive ; et de casser le rythme classique cimaises-vitrines. Si la sempiternelle question de la régulation des flux s’est posée pour maintenir l’expérience de visite, celle de la réalité de Hégra, constituée de près de cent tombeaux et non d’un seul a été soulevée. Comment faire comprendre au visiteur que la ville se déployait sur 500 hectares ? Pour celui qui connait la Pétra jordanienne, comment présenter en un coup d’œil les similitudes et les différences entre les deux sites ? La solution d’un nouveau film vu du ciel réalisé par Yann Arthus-Bertrand a été choisie : placé à droite du tombeau reconstitué, il accompagnait la marche du visiteur vers celui-ci et présentait l’immensité du site.

Ces deux parti-pris scénographiques développés à partir de collections et connaissances en cours de rassemblement dans deux sites antiques distincts d’un siècle et distants de 30 kilomètres, sont le résultat d’un dialogue entre maîtres d’œuvre, concepteurs, commissaires et scénographes. Ils représentent ce que produit de mieux une exposition temporaire : le rassemblement d’une équipe aux parcours variés pour ravir et nourrir le visiteur.


Bibliographie
Nehmé, L., Alsuhaibani, A. (2019) Catalogue de l’exposition AlUla, merveille d’Arabie, Paris, France : Gallimard / Institut du monde arabe.


Par Virginia Cassola

Chercheure associée au Centre français d'archéologie et de sciences sociales (CEFAS) et chargée de collections et d'expositions à l'Institut du monde arabe. J'ai soutenu une thèse sur les musées d'archéologie d'Arabie saoudite (Université de Lorraine / Ecole du Louvre, 2016).

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.