Réflexions sur le lieu de l’art contemporain

Laura Gallardo Frías

Signification des musées et des centres d’art.

À l’origine, le musée naît dans la ville, avec de grands bâtiments monumentaux, une sorte de temples culturels qui déterminaient un emplacement significatif reliant des zones politiques et sociales (Layuno, 2003). Par la suite, les premiers musées d’art moderne ont joué le rôle symbolique et urbain de ‘nouvelles cathédrales de la modernité urbaine’ en déplaçant l’emplacement central vers les secteurs de croissance des villes et en devenant des ‘véhicules de l’expansion urbaine’ (Lorente, 1998). Le Centre Georges Pompidou devient une référence qui marque la fin de la conception des musées du Mouvement Moderne et cède la place au postmodernisme. Il présente des caractéristiques de continuité entre l’intérieur-extérieur et d’extension de l’espace muséal (Minissi et Ranellucci, 1992) vers une place ouverte à de nombreuses activités faisant de ce centre un ‘moteur’ de régénération culturelle, annulant les frontières entre art et vie quotidienne (Zunzunegui, 1990).

Les musées et les centres d’art ont été définis de multiples façons (Rivière, 2009. Collados, 2015. Valéry, 2005. Hernández, 1992. García, 2015) et comparés à différentes typologies architecturales (Duncan, 1971. Guasch, 2008. Álvarez et. Benjumea, 2011), acquérant ainsi une gamme large et variée de significations (Mairesse et Desvallées, 2007) et continuent à ouvrir différentes questions et critiques. Alors, la question suivante se pose : Pourquoi continuons-nous à visiter ces œuvres architecturales destinées à l’exposition de l’art contemporain ?

Il existe de nombreuses réponses liées aux concepts de lieu et d’art contemporain ; certaines des hypothèses possibles pourraient être esquissées dans l’idée que les musées nous invitent à nous éloigner de nous, à nous lier à d’autres mondes, d’autres objets, d’autres langues, d’autres ambiances. Ce sont d’authentiques ‘autres espaces’, des hétérotopies au sens de Michel Foucault (1984).

Mais, après l’énorme évolution des musées et des centres d’art, de son égocentrisme à son ouverture radicale, différentes questions se posent : l’art contemporain a-t-il besoin d’un lieu? Les concepts de lieu et d’art contemporain sont-ils compatibles, quels types de liens existent entre les deux notions ?

Réflexions sur les concepts du lieu et de l’art contemporain

On parle de “lieu” et pas d’espace parce que l’accent de ce texte est une réflexion sur le concret, empirique, existentiel, articulé et définit (Montaner, 2011. Paniagua et Roldán, 2011), du lieu dans l’art contemporain. Et il est fait référence à ‘l’art contemporain’ afin d’affiner l’art de nos jours qui se produit, après l’art moderne, selon Badiou (2013), ou comme indiqué par Azúa (2002) qui coïncide à l’époque de sa réalisation.

Dans un premier mouvement, la réponse immédiate pourrait considérer qu’aujourd’hui, il n’est pas possible de parler de lieu d’art contemporain car à première vue, le terme ‘lieu’ et ‘art contemporain’ sont des concepts très différents. Cependant, ces notions peuvent être revues avec quelques détails supplémentaires pour observer et ouvrir la réflexion vers les différents types de relations possibles.

Pour revoir les concepts de ‘lieu’ et ‘d ‘art contemporain’, on part de l’hypothèse que l’art contemporain ouvre une réflexion, un questionnement, remettant en cause aussi l’endroit qui le contient. Pour cela, un contraste est proposé entre les concepts principaux qui définissent le lieu et les concepts qui définissent l’art contemporain. Les points de tension proposés sont : l’histoire, les limites, l’identité et l’être humain.

Il est nécessaire de passer à l’une des notions les plus pertinentes et les plus puissantes qui définissent le lieu, proposée par Platon dans Le Timée (2009) : la khôra, ou jōra, définie comme celle où quelque chose devient, l’espace de son devenir ou ‘mère de devenir’. Le philosophe affirme que la nature qui reçoit tous les corps est toujours identique à elle-même, précisant qu’elle ne change en rien ses propriétés et, comme elle doit prendre toutes les espèces elles-mêmes, ce qu’elle reçoit – d’où la dénomination de réceptacle – il est nécessaire qu’elle soit exemptée de quelque manière que ce soit.

De cette façon, nous pourrions proposer que les œuvres architecturales pour l’art contemporain aient besoin d’un lieu qui renferme sa signification la plus radicale, qui contient l’essence de la khôra platonicienne. Un réceptacle ouvert à recevoir dont les facteurs pertinents sont examinés ensuite.

Points clés pour les œuvres architecturales destinées à l’art contemporain.

Pendant deux ans, avec une équipe multidisciplinaire, cinq cas d’étude d’œuvres architecturales publiques emblématiques pour l’art contemporain à Santiago du Chili ont été analysés. L’objectif était d’analyser, du point de vue du lieu, des dimensions : historique, urbaine, architecturale et socioculturelle, visant l’art contemporain en lien avec ses visiteurs et leur contexte.

En tant que méthodologie, une stratégie multidisciplinaire et multi-méthodes a été déployée et nous a permis de produire des connaissances pour chaque dimension analysée. Une matrice d’analyse de données a été construite pour collecter les informations (Matthew et alt. 2014). Elle identifie les dimensions et leurs facteurs d’analyse. Cette matrice permet de croiser la dimension historique, urbaine et architecturale avec la dimension socioculturelle.

Après cette analyse, la matrice a été ajustée et les facteurs d’analyse généraux synthétisés ainsi que des facteurs spécifiques. Ces facteurs peuvent être considérés à la fois pour l’analyse et pour la planification d’œuvres architecturales destinées à l’art contemporain.

A la suite de l’analyse de ces facteurs pertinents, nous avons croisé les différentes dimensions pour synthétiser 5 points clés des œuvres architecturales de l’art contemporain.

1) La connectivité. Réseau de connexion avec toute la ville et la qualité des transports, associés à un emplacement symbolique.

2) La lisibilité, « facilement identifiable » (Lynch, 2006 : 11), qu’elle se connecte également au passé, au présent et qu’elle soit ouverte sur l’avenir.

3) L’accessibilité. La ‘porosité’ : qui invite à entrer, qui soit accessible à tous et qu’il y ait différentes proportions entre différents types d’accès.

4) Parcours et séjours. Invitation à découvrir le centre, avec différentes proportions de salles, signalétique, différenciation entre les espaces serveurs et les espaces servis. Il met également en évidence les lieux de permanence, tant à l’intérieur des halls d’exposition que sur les terrasses, les cafés, les places extérieures, etc., qui permettent d’étendre la visite.

5) La flexibilité, ouverture aux différentes possibilités, à la fois dans sa conception et dans sa matérialisation. L’existence d’un éclairage naturel qui peut être combiné avec un éclairage artificiel. Flexibilité spatiale, de différentes options d’itinéraires, de salles. Et la connexion entre intérieur-extérieur. À ces caractéristiques, il convient d’ajouter la programmation, le type et la qualité des œuvres exposées (Bourdieu et Darbel, 2004).

Vers une définition du lieu de l’art contemporain.

Comment alors définir le lieu de l’art contemporain ? Le défi consiste à “proposer une voie différente, peut-être très différente de ce qu’il est depuis longtemps” (Danto, 1999: 39), dans un réarrangement constant.

La définition d’un lieu pour l’art contemporain est une tâche très complexe. Il est proposé, en considérant le réceptacle où les besoins sont exprimés par les visiteurs et les artistes, de garder à l’esprit la signification de ‘l’art contemporain’ et bien sûr, la définition du ‘lieu’. Ainsi, pour donner un premier aperçu de la définition du lieu de l’art contemporain, il serait nécessaire de considérer une œuvre architecturale liée à la ville et au quartier, avec un degré élevé de lisibilité et d’accessibilité, où les parcours seraient combinés avec la permanence et qui disposeraient de suffisamment de flexibilité pour accueillir les différentes options de l’art contemporain qui ont besoin de proportions, d’espaces, de connexions de l’intérieur vers l’extérieur, tout en permettant: le “mouvement” de la réflexion, la recherche permanente de l’identité, la critique et un lien avec l’être humain, qui le lient directement à la notion de lieu, dans une relation avec son histoire et son contexte. Et, bien qu’il y ait certaines limites, il y a la notion d’ouverture, de recherche continue comme concept d’identité qui fusionne l’art contemporain avec le lieu, le rapport à l’être humain et surtout la capacité de recevoir, d’être une authentique khôra.

En synthétisant ces concepts, le Lieu de l’art contemporain pourrait se définir comme une khôra, ou réceptacle du devenir avec l’être humain comme centre et, même s’il est lisible et limité, il est ouvert à la possibilité de le définir, de le réfléchir et de le rechercher en permanence.

Texte fondé sur l’article : Gallardo Frías, Laura. (2020). “El Lugar del Arte. Reflexiones sobre conceptos para obras arquitectónicas destinadas al arte contemporáneo”. Revista Anales del Instituto de Investigaciones Estéticas, n.116

Bibliographie

Álvarez Domínguez, Pedro. Benjumea Cobano, Juan Rubén. “Aproximación al Museo Contemporáneo. Entre el templo y el supermercado cultural”. Arte y política de identidad, 2011, vol. 5, pp. 27-42.

Azúa, Félix de. Diccionario de las Artes. Editorial Anagrama, Barcelona, 2002.

Badiou, Alain. “Las condiciones del Arte Contemporáneo”. 2013 Universidad Nacional de San. Disponible en:http://www.kaleidoscopio.com.ar/fs_files/user_img/critica_textos/Badiou_Las%20condiciones%20del%20arte%20contempor%C3%A1neo.pdf

Bourdieu, Pierre. Darbel, Alain, El amor al arte: los museos europeos y su público. Paidós, Buenos Aires, 2004.

Collados Alcaide, Antonio. “Laboratorios artísticos colaborativos. Espacios transfronterizos de producción cultural”, Arte, Individuo y Sociedad 27, núm.01 (2015): 45-64.

Danto, Arthur. Después del fin del arte. El arte contemporáneo y el linde de la historia. Paidós, Madrid, 1999.

Duncan F. Cameron, “The museum a temple or the forum”, Curator, the Museum Journal 14, núm. 02 (1971):11-24.

Foucault, Michel. De los espacios otros “Des espaces autres”. Conférence au Cercle des études architecturals, 14 mars 1967, publié dans Architecture, Mouvement, Continuité, n5, octobre 1984.

Franco Minissi y Sandro Ranellucci, Museografía. Roma: Bonsignori, 1992.

García Fernández, Isabel M.ª. “El papel de los museos en la sociedad actual: discurso institucional o museo participativo”, Complutum, vol. 26, núm. 02 (2015): 39-47

Georges H. Rivière, La museología: curso de museología: textos y testimonios. Madrid: Ediciones Akal, 2009.

Guasch, Anna María. “Los museos y lo museal: el paso de la modernidad a la era de lo global”, Calle 14, Revista de investigación en el campo del arte 02, núm. 02 (2008): 16.

Hernández H. Francisca. “Evolución del concepto de museo”, Revista General de Información y Documentación vol. 02, núm 01 (1992): 85-87.

Layuno Rosas, María Ángeles. “Museos de arte contemporáneo y ciudad. Los límites del objeto arquitectónico”. En: Lorente, Jesús Pedro y Almazán, David (Ed.) Museología crítica y arte contemporáneo. Ed. Prensas Universitarias, Zaragoza, 2003.

Lorente Lorente, J. P., Cathedrals of urban modernity. The first museums of contemporary art 1800-1930. Aldershot, Ashgate International, 1998.

Lynch, Kevin, La imagen de la ciudad, Gustavo Gili, Barcelona, 2006.

Mairesse, François et Desvallées. André. Vers une redéfinition du musée. París: L’Harmattan, 2007.

Matthew B. Miles, Michael Huberman et Johnny Saldaña, Qualitative data analysis: a methods sourcebook. Los Ángeles: SAGE Publications, Inc, 2014.

Montaner, Josep María, La modernidad superada: ensayos sobre arquitectura contemporánea, Gustavo Gili, Barcelona, 2011.

Paniagua-Arís. Enrique. Roldán-Ruiz, Juan. 2014. “Traer a la presencia y dialogar con el lugar”, Arquiteturarevista, 2014, Vol. 10, n. 2, p. 124-133, doi: 10.4013/arq.2014.102.08

Platón, Timeo o de la Naturaleza. Santiago de Chile: Escuela de Filosofía Universidad ARCIS, 2009, 26.

Santos Zunzunegui, Metamorfosis de la mirada: El museo como espacio del sentido. Sevilla: Alfar, 1990.

Valéry, Paul. Piezas sobre arte. Madrid: La balsa de la Medusa, 2005.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.