Regards sur la contextualisation du patrimoine à travers Minsar

Maëlys Jusseaux

Ces dernières années ont vu l’intérêt croissant des institutions culturelles pour les technologies de réalité augmentée et virtuelle (ou technologies « XR »), qui permettent de proposer des expériences plus fortes et engageantes. Parmi ces expériences, on retrouve souvent une volonté, tant de la part de l’institution que du public, de recontextualiser les œuvres. L’objet en vitrine, le vestige seul ne se suffisent plus à eux-mêmes, et un besoin de les réintégrer visuellement et sensiblement dans leur lieu d’origine pour mieux les comprendre se fait sentir. Malheureusement, la création d’une expérience XR, et encore plus sa distribution, restent aujourd’hui des tâches techniquement complexes et donc coûteuses. C’est à ce problème que le logiciel Minsar, développé par la société Opuscope depuis 2017, fournit une solution. Dans cet article, nous présenterons une sélection d’expérimentations réalisées avec Minsar dans cette optique de recontextualisation d’un lieu ou d’une œuvre.

Les technologies XR

Définition
En 1994 Paul Migram, Haruo Takemura et Kishino Fumio ont écrit un article fondateur. Ils évoquent le « continuum de réalité-virtualité » , qui se présente comme une ligne droite. A l’extrémité gauche de cette ligne, nous avons le monde physique tel que nous le connaissons. De l’autre, nous avons la réalité virtuelle qui se définit comme un monde complètement virtuel, que nous visitons notamment à l’aide d’un casque de réalité virtuelle dont l’écran est opaque, coupant complètement l’utilisateur du monde réel.

XR et patrimoine

C’est au tournant des années 2000 que les technologies XR commencent à être appliquées au patrimoine, notamment à cause de leur potentiel et de leur intérêt pour la restitution et la recontextualisation des œuvres et des monuments. Citons des expériences comme la restitution du cabinet de Charles V à Vincennes en 2009 par Axyz et Art Graphique et Patrimoine, le projet Momix VR issu d’une session Museomix au musée Mariemont en 2017, ou encore The Unfinished. Cette dernière expérience propose encore une autre approche du patrimoine, puisqu’il s’agit d’une réinterprétation artistique

Démocratisation des technologies XR : Minsar

La solution Minsar

L’application des technologies XR au patrimoine a donc des avantages indéniables. Toutefois, nous l’avons vu, ce genre d’expérience reste compliqué à mettre en place. C’est directement à ce problème que l’application Minsar répond. Développée par la société Opuscope, Minsar est une plateforme de création et de distribution d’expériences XR ne nécessitant pas de recours à la programmation, et s’utilisant directement à travers un casque immersif ou un dispositif mobile. Elle permet en effet aux utilisateurs de créer très rapidement une expérience en important des éléments numériques existants (3D, vidéos, sons…) puis de la partager instantanément à des millions d’utilisateurs sur toute plateforme compatible avec la XR. Lauréate de l’appel à projets Services Numériques Innovants du Ministère de la Culture en 2016, elle représente, depuis cette date, un terrain d’expérimentations important pour des institutions culturelles telles que le Centre des monuments nationaux (CMN), le Musée d’Archéologie Nationale (MAN) et le Musée des Arts Décoratifs (MAD). Nous nous proposons de présenter deux expériences réalisées avec Minsar par ces institutions qui, à nos yeux, proposent deux regards intéressants sur la notion de contextualisation.

Le château de Pierrefonds : restituer un esprit


Figure 1 : Installation des images des armures en haute définition, fournies par le CMN et détourées chez Opuscope. L’effet reste convaincant du fait de la qualité des photographies. © Opuscope, capture Hololens par Maëlys Jusseaux.

La première expérimentation que nous présenterons ici a eu lieu en novembre 2017 au Château de Pierrefonds. Le but de l’expérimentation du CMN était de restituer l’esprit de la salle des Preuses à l’époque de Napoléon III, et son impact sur les visiteurs, en particulier collection d’armures qui a été retirée de la salle en 1870. Nous voyons dans ce projet une sorte de mise en abyme : Viollet-le-Duc et Napoléon III avaient un objectif précis qui était de restituer un esprit, un imaginaire médiéval, qui n’avait pas forcément existé. Ainsi l’expérimentation du CMN avec Minsar cherchait à restituer un esprit, qui lui-même tentait de restituer un esprit. Par ailleurs, parmi les contenus numériques placés dans la salle, le CMN avait inclus des photographies détourées des armures . Nous pouvons voir aujourd’hui que cette solution s’ancrait bien dans cette optique de mise en abyme. En effet, les photographies étaient très convaincantes, mais étaient trahies quand le visiteur tentait de tourner autour. Cela conférait à ces photographies un caractère de trace, de fantôme, comme si les armures étaient restituées partiellement. C’est un sentiment intéressant, qui se rapproche là encore de l’optique de Viollet-le-Duc et Napoléon III de restituer une « ambiance » médiévale, à savoir une restitution très partielle par rapport à la réalité historique.

Minsarcheo : décontextualiser pour recontextualiser


Figure 2 : Expérience Minsarcheo dans la Salle d’Archéologie Comparée. ©MAN/Opuscope, capture iPad.

Lors des Journées Nationales de l’Archéologie 2019, le MAN a présenté une expérience réalisée avec Minsar intitulée « Minsarcheo ». Cette expérience représente la première fois dans l’histoire de Minsar que le processus entier de création et de distribution d’une expérience XR a été réalisé en interne, et que les visiteurs pouvaient rouvrir l’expérience sur leur appareil mobile en toute autonomie. Installée dans la salle d’archéologie comparée du musée, il s’agissait de disposer des copies numériques des objets en vitrine, scannées par la Réunion des musées nationaux, aléatoirement dans la pièce. L’objectif était d’inviter le visiteur à observer en détail, à tourner autour et à retrouver l’objet original en vitrine. Cette expérience a été très riche en réflexions et enseignements, et surtout elle a permis une réflexion sur les notions de décontextualisation et de recontextualisation du patrimoine. En effet, Minsarcheo semble au premier abord être une décontextualisation totale des objets : chaque objet numérique est à regarder pour lui-même, sans information apparente. Toutefois l’objectif d’encourager les visiteurs à retrouver son alter ego physique en vitrine, et donc les informations de l’objet, constituait là un premier niveau de recontextualisation. Le deuxième niveau était assuré par les commentaires sonores disposés dans la salle, qui expliquaient notamment que le but de l’expérience Minsarcheo était de s’ancrer dans la méthodologie de l’archéologie comparée elle-même, en mélangeant encore plus les objets hors de leur vitrine, et ainsi proposer aux visiteurs une réflexion sur cette méthodologie.

La Naumachie : une double recontextualisation

Il s’agit ici d’une expérience personnelle réalisée avec Minsar, au parc Monceau à Paris. Si elle rejoint la question du rapport entre réinterprétation artistique et vérité historique évoqué au Château de Pierrefonds, elle a également pris place dans un contexte beaucoup plus personnel lié à l’histoire de Minsar, et donc à notre propre histoire. En effet, c’est à cet endroit qu’a été tournée la première vidéo promotionnelle de Minsar, avant même la création d’Opuscope. Nous trouvions donc intéressant de mêler une restitution « traditionnelle », bien que schématique, de Naumachie antique, et une interprétation plus personnelle et plus reliée à l’histoire du numérique et de ses possibilités. Créer cette expérience avec Minsar était donc fondamental : il s’agissait d’une capsule temporelle entre un instant passé, celui du rêve, et un futur qui permettra de créer des expériences encore plus complexes. Au moment T de la création, nous étions dans une parenthèse charnière : nous contemplions le chemin parcouru avec Minsar, et nous en voyions clairement les perspectives. Par ailleurs, cette expérience a également permis de réfléchir à la question de la réactualisation du patrimoine : comment s’approprie-t-on le patrimoine dans le présent ? Quelles résonances revêt-il selon les contextes et les regards que l’on pose sur lui ?


Figure 3 : Expérience Naumachie au parc Monceau. ©Maëlys Jusseaux/ Opuscope, capture iPad.

Dans cette communication, nous avons montré que Minsar était un outil de démocratisation des technologies XR pour le patrimoine, à travers trois expérimentations réalisées avec le logiciel et qui proposaient un regard particulier sur les questions de contextualisation et de décontextualisation. Outre un outil de médiation, Minsar est aussi un outil de recherche, puisqu’elle soulève de nombreuses interrogations sur les rapports au patrimoine, la médiation culturelle ou encore la contextualisation. D’autres pistes de recherche pourraient également être ouvertes avec Minsar, comme la restauration du patrimoine, entre restauration hypothétique et non invasive ou facilitation de la communication entre restaurateur et musée.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.