La course royale : un rite pluriel et polysémique

La course royale est un rite familier de la documentation égyptienne : le roi est représenté dans l’attitude de la course, tenant différents objets, qu’il semble apporter et consacrer à la divinité qui lui fait face. Elle n’a fait qu’une seule fois l’objet d’une étude approfondie, par Hermann Kees, qui publia en 1912 Der Opfertanz des ägyptischen Königs, que l’on pourrait traduire par « La danse consécratoire du roi d’Égypte ». Depuis, la question ne fut guère retravaillée, la grande majorité des auteurs ayant publié par la suite des représentations ou des mentions de courses royales faisant référence à l’étude de Kees. Il faut également relever que, si l’ouvrage de Kees est abondamment cité, il semble n’avoir été lu que très rarement. Ainsi, en dépit de ce travail fondateur qui a clairement démontré qu’il n’existait pas une seule mais plusieurs courses royales, toutes les manifestations de ce rite sont souvent réduites à l’expression d’une démonstration, par le roi, de sa force physique et par là-même, de sa capacité à gouverner l’Égypte. L’objet de cet article est d’apporter un éclairage nouveau sur ce rite pluriel et sans doute, comme souvent en Égypte ancienne, polysémique. L’étude sera limitée chronologiquement à une période allant de l’époque thinite, qui a livré les premières attestations épigraphiques et iconographiques de courses royales, à la fin du Nouvel Empire (soit d’environ 3100 à 1069 avant notre ère). Les courses royales aux époques postérieures sont en effet mieux appréhendées, en raison de la plus grande prolixité des textes, et leur sens évolue alors significativement.

La course royale : définition et typologie

Qu’appelle-t-on une « course royale » ?

Le rite appelé « course royale » met en scène le roi dans une attitude dont l’iconographie ne varie absolument pas durant la période concernée par l’étude, ni d’ailleurs aux époques suivantes. Dans ces représentations hiératiques et extrêmement codifiées, les seuls éléments indiquant le mouvement sont les bras et les jambes. À eux seuls, ils permettent d’identifier immanquablement et en dépit des lacunes parfois importantes les représentations de courses royales. Le roi est représenté debout, une jambe vers l’avant, l’autre vers l’arrière, toutes deux tendues sur la pointe du pied. Les bras accompagnent le mouvement ; l’un est tendu vers l’avant, l’autre plié, la main ramenée à la hauteur de la poitrine. Comme lorsqu’il accomplit tout rite supposant un effort physique, le roi est vêtu du pagne-chendjyt. Cette tenue lui donne une grande liberté de mouvement. En outre, la queue de taureau accrochée au pagne lui permet de s’approprier la force de cet animal.

Un rite pluriel

Plusieurs courses royales peuvent être distinguées, en fonction de ce que tient le roi dans ses mains lorsqu’il court et des inscriptions qui accompagnent chacune d’elles. Parmi elles, quatre furent identifiées par Kees. La course au nemes/mekes et au fouet-nekhakha est l’une des plus anciennes courses royales attestée dans la documentation égyptienne, puisqu’elle apparaît à l’époque thinite, sous le règne de Djer (Ière dynastie). Le roi court en tenant dans une main l’étui-mekes (appelé également nemes) et le fouet-nekhaha. Cette course étant particulièrement liée au hebsed (le jubilé du roi) à ses origines, elle est communément appelée course de fête-sed ou Hebsedlauf depuis l’étude de Kees sur les courses royales. Cependant, dans la mesure où certaines de ces courses ne sont pas attestées en contexte de hebsed stricto sensu, il semble préférable de se limiter à une désignation descriptive. Les légendes qui accompagnent les représentations de cette course désignent dans un premier temps le lieu où elle se tient. À la fin de l’Ancien Empire, elles se figent en wd sekhet, « consacrer les terres », soulignant ainsi la conséquence de l’action représentée. À l’aube du Moyen Empire, sous le règne de Montouhotep II Nebhepetrê (XIe dynastie), apparaît la « course à la rame » ou Ruderlauf, selon la terminologie de Kees. Au cours du Moyen Empire toujours, est attestée la première « course aux vases » ou Vasenlauf. Il faut noter que, dès son apparition, sous le règne de Sésostris Ier (XIIe dynastie), cette course fait écho à la course à la rame dans le programme iconographique des temples et des chapelles reposoirs de barque. Nous reviendrons plus tard sur les objets que tient le roi lorsqu’il accomplit ces courses, ainsi que sur les légendes qui accompagnent les représentations de ces rites.

La course dite « aux oiseaux » ou Vogellauf apparaît au Nouvel Empire. Le roi court en tenant dans une main trois à quatre sceptres à l’extrémité desquels est posé un oiseau et, dans l’autre main, un oiseau-akh. Il faut ajouter à ces quatre courses la course avec le taureau Apis, qui ne fut pas identifiée en tant que telle par Kees. Il s’agit de la plus ancienne course royale, puisqu’elle est mentionnée sur un bol au nom d’Aha (Ière dynastie). Le roi court aux côtés du taureau Apis ; la légende accompagnant la scène se lit « course du taureau Apis ».

La course royale, démonstration de la force et de la vigueur du roi ?

Dans un article consacré au sport dans le rituel de couronnement, Wolfgang Decker1 avait souligné l’importance, durant le Nouvel Empire, des rites exigeant du roi une bonne condition physique. Selon lui, les rois du début du Nouvel Empire, encore imprégnés du souvenir de la lutte contre les Hyksôs et de la réunification de l’Égypte, se mirent en scène comme des guerriers, dont la force était ostensiblement affichée tant au combat que lors de rites « sportifs ». Il est en effet indéniable que ces images de roi guerrier et sportif, attestées dès les plus hautes époques, se diversifient et se multiplient alors dans le programme iconographique des temples. L’image du roi fort et puissant est fondamentale dans la pensée égyptienne et l’idéologie royale ; elle s’exprime sur les murs des temples, mais également dans la statuaire et la littérature, notamment les hymnes royaux. La capacité du roi à gouverner l’Égypte passe tout autant par la sagesse que la capacité à repousser les peuples voisins et ennemis de l’Égypte, manifestation – parmi bien d’autres – de la menace quotidienne (Isefet) qui pèse sur l’équilibre (Mâat) du pays et du cosmos dans son ensemble. De par sa nature même, la course royale est assurément une expression de ce pan de l’idéologie royale. Une question se pose toutefois : la course du roi est en effet le seul de tous les rites sportifs ou guerriers à se trouver régulièrement, pour ne pas dire systématiquement, réduit à une simple démonstration de force. Comment expliquer ce phénomène ? D’où vient cette idée si profondément enracinée ?

Il me semble que cette vision réductrice s’explique par le fait que l’une des plus anciennes courses du roi, qui est également la mieux documentée en ce qui concerne le contexte cultuel dans lequel elle s’inscrit à ses débuts, est la course au nemes/mekes et au fouet-nekhakha. Dès l’époque thinite en effet, cette course apparaît dans les festivités liées au jubilé du roi (le hebsed – d’où le nom de Hebsedlauf donné par Kees). Le hebsed avait pour but de renouveler les forces du roi au cours de son règne. La course qu’il accomplissait à cette occasion lui permettait de faire la démonstration du renouvellement de ses forces et de réaffirmer sa capacité à régner, ainsi que sa légitimité. C’est pourquoi il accomplit cette course en tenant l’étui nemes/mekes qui contient l’« imyt-per » de Geb, le droit à la royauté qui lui vient des dieux, et le fouet-nekhakha, symbole de royauté. La course accomplie par le roi lors du hebsed était sans doute le point culminant des festivités. En témoigne le fait que sa seule représentation est très rapidement devenue l’évocation du hebsed dans son ensemble. Par extension, toute course accomplie par le roi s’est vue « étiqueter » comme une démonstration de force. Certains auteurs suggèrent même que les différentes courses royales sont toutes liées au hebsed2. Sans nier la dimension démonstrative de ce rite, une étude approfondie des différentes courses accomplies par le roi dans un contexte rituel permet de constater que, d’une part, toutes ont une visée différente et que, d’autre part, chacune présente différents niveaux de lecture et plusieurs interprétations possibles, selon les contextes et les époques. L’exemple le plus probant en la matière est celui de la course à la rame et de la course aux vases.

La course à la rame et la course aux vases

Parmi toutes les courses accomplies par le roi, la course à la rame et la course aux vases font partie des plus représentées dans la documentation qui nous est parvenue. De manière générale, les représentations de ces courses proviennent de deux contextes différents : les unes étaient intégrées au programme iconographique des temples divins, les autres appartenaient au décor des chapelles reposoirs de barque. Ces dernières, dont les programmes iconographiques sont les mieux conservés, attestent l’association de ces deux courses dès le Moyen Empire. Au cours du Nouvel Empire, les représentations se multiplient. Ces deux courses continuent à faire partie intégrante du programme iconographique des chapelles reposoirs de barque et se développent dans le programme iconographique des temples, notamment sur les linteaux, où elles sont disposées symétriquement.

La course à la rame : analyse iconographique et lexicographique

La course à la rame tient son nom de la rame que tient le roi dans ses mains lorsqu’il court. Les mentions et représentations de rames sont légion en Égypte ancienne, pays où la navigation fluviale était le principal mode de déplacement. Elle peut être désignée de différentes manières, selon sa fonction (rame de nage ou de gouverne) et selon les qualités qu’on lui souhaite. Le terme de hepet fait ainsi référence à la célérité : la rame-hepet est la rame « rapide ». Lorsqu’il accomplit la course à la rame, le roi tient dans son autre main un objet qui n’apparaît nulle part ailleurs dans la documentation égyptienne. Son association avec la rame a incité à penser qu’il s’agissait d’un instrument de navigation, mais cette hypothèse n’a jamais pu être étayée. Quoi qu’il en soit, sa présence dans la main du roi lors de la course s’explique et se justifie par sa valeur phonétique, hepet. La représentation du roi tenant la rame-hepet et l’« objet »-hepet apparaît de la sorte comme la réduplication iconographique de la légende de la course à la rame, itchet hepet, qui signifie littéralement « saisir la hepet », c’est-à-dire, la rame-hepet ou l’ « objet »-hepet. Ce rébus permet ainsi de renforcer l’efficience du rite accompli par le roi. La polysémie doit également être soulignée : si itchet hepet peut se comprendre, littéralement « saisir la rame », cette tournure est en réalité utilisée dans les textes funéraires et religieux dans un tout autre sens, celui de « se hâter », « se mettre à courir », « accomplir une course ». Cette expression est en outre utilisée dans un contexte bien précis, puisqu’elle sert à désigner la course de la barque du dieu Rê, la barque solaire.

La course aux vases : analyse iconographique et lexicographique

Le vase que tient le roi dans ses mains lors de la course aux vases, apparaît dans la documentation égyptienne en contexte religieux et cultuel, où il est clairement lié aux rites de purification. Ce vase peut être désigné de deux façons par les anciens Égyptiens : vase-hes ou vase-qebeh(ou). Ce dernier terme est employé pour désigner des vases à libations dès l’Ancien Empire. Comme pour la course à la rame, les vases que tient le roi dans les mains peuvent donc apparaître comme un écho à la légende accompagnant la scène, khenep qebehou pouvant être compris littéralement « apporter les vases-qebeh(ou) ». Là encore, des phénomènes de polysémie et d’homophonie doivent être soulignés. Le terme qebeh(ou), recouvre différentes réalités ayant pour dénominateur commun l’idée d’eau fraîche, dispensatrice de vie. Ainsi, qebeh désigne également l’eau versée comme libation et le rite de la libation lui-même, et ce dès l’Ancien Empire. Cette libation-qebeh(ou) avait alors déjà très certainement une fonction purificatrice. En effet, dans les Textes des Pyramides, le roi défunt se purifie dans « le lac du qebehou » (shé ny qebehou). Par la suite, la libation-qebeh(ou) continue à être accomplie dans une optique de purification ; elle est ainsi fréquemment associée à la purification avec l’encens sur les parois des temples du Nouvel Empire. khenep qebehou peut ainsi se lire « présenter les vases-qebehou » ou « présenter l’eau-qebehou » destinée à la libation-qebehou. Quel que soit le sens retenu pour traduire qebehou, ces lectures font de la légende de la course à la rame un commentaire purement descriptif, venant redoubler verbalement l’action accomplie par le roi et augmentant ainsi l’efficacité du rite accompli. Cependant, là encore, une lecture moins littérale peut être faite de cette légende. En effet, parmi ses nombreuses acceptions, qebeh(ou) peut également désigner l’eau de la crue. Selon les croyances égyptiennes, le dieu Khnoum, neb Qebehou, faisait jaillir cette eau de la première cataracte, elle-même désignée par le terme Qebehou. On comprend ainsi que l’eau-qebeh(ou) ait été chargée par les Égyptiens d’une vertu purificatrice et vivifiante. Dès lors, la légende de la course aux vases peut être également comprise « présenter l’eau de la crue », prenant un sens nouveau.

Comment interpréter la course aux vases et la course à la rame ?

Si la course à la rame et la course aux vases trahissent bien le goût des anciens Égyptiens pour les jeux de mots et d’écriture, leur interprétation ne saurait s’arrêter à une lecture littérale. Pour Kees, chacune de ces courses, qu’il avait appréhendées séparément, devaient être comprises comme la représentation synthétique de processions accomplies en l’honneur d’une divinité. Cette interprétation, qui reposait sur un parallélisme des formes avec la course de hebsed, ainsi que sur un corpus restreint et une documentation moins abondante, est toutefois peu convaincante, raison pour laquelle il n’est pas opportun de l’exposer plus avant. Plus récemment, Lilian Postel3 a proposé d’interpréter la course à la rame comme le pendant terrestre et royal de la course céleste accomplie par Rê, en raison de la légende qui accompagne la course (itchet hepet). Le roi, représentant du dieu sur terre, affirmerait ainsi de son vivant une identité d’action avec celui-ci, rendant ainsi « plus tangible son ascendance divine et solaire ». Dans cette optique, la course aux vases serait quant à elle un moyen de reproduire le mouvement de la crue, et ainsi d’en garantir la venue autant que la qualité. Le roi « apporte » (khenep) « l’eau fraîche de la crue » (qebehou). La mise en parallèle des deux rites s’expliquerait alors par la complémentarité des axes qu’ils symbolisent : l’axe est-ouest pour la course à la rame et le parcours solaire, l’axe nord-sud pour la course aux vases et le parcours de la crue. Ainsi, selon Postel, « le geste de la course traduirait […], en présence des dieux, la maîtrise par le roi des deux grands principes spatio-temporels qui régissent l’univers égyptien, fondement de toute légitimité en termes monarchiques4 ». Toutefois, Postel a lui-même démontré les limites de cette analyse particulièrement séduisante au regard du syste de pensée égyptien. La course à la rame ne prend jamais place dans un contexte de culte solaire stricto sensu. Par conséquent, rien, hormis le fait que l’expression itchet hepet soit employée dans les Textes des Pyramides pour désigner le mouvement de la barque solaire, ne permet d’étayer réellement l’hypothèse selon laquelle le roi chercherait, par la course à la rame, à reproduire symboliquement la course du soleil. Ces deux courses doivent être interprétées, me semble-t-il, comme les volets d’un même rituel visant, sinon à assurer une bonne crue, du moins à en favoriser la venue. Le rapprochement qu’il est possible d’effectuer entre ces deux courses royales et la représentation de festivités liées à la crue plaident pour cette interprétation.

Trois attestations de rites ou de festivités nautiques, liées à l’arrivée de la crue et dans lesquelles la rame joue un rôle cultuel ont pu être recensées à ce jour. La mieux conservée de toutes se trouve dans la tombe d’Ânkhtyfy à Mo’alla5. Sur la paroi ouest de sa tombe, Ânkhtyfy assiste à une scène de navigation liée à l’arrivée de la crue : tandis que ses fils tiennent chacun une rame dans les mains, des embarcations légères avancent à la force des bras des équipes de rameurs. Plus loin a lieu un sacrifice de bovidés, tandis que des pêcheurs présentent le produit de leur activité. Le lien entre cette fête nautique et l’arrivée de la crue est explicitement donné par la légende de la scène :« Horus apporte la crue à son fils Neferkarê. Voir toute navigation de Hémen ». De même, des fragments provenant du temple de Sésostris Ier à Éléphantine5 permettent de reconstituer un programme iconographique mettant en scène une fête de l’inondation et des prêtres courant en tenant des vases-qebehou. Cette course est associée à des scènes de purification des offrandes et de sacrifice de bovidés. Les légendes qui accompagnent la course à la rame et la course aux vases permettent également d’étayer l’hypothèse d’un diptyque rituel lié à l’arrivée de la crue. En effet, si hepet dérive du verbe h(i)p, « se hâter », il est cependant frappant de constater la ressemblance phonétique entre le terme hepet et le terme employé pour désigne la crue, Hâpi, a fortiori si l’on se rappelle que la graphie défective Hp prévaut pour Hâpi tout au long de l’Ancien Empire. Le terme qebehou peut quant à lui désigner l’eau de la crue. On peut ainsi interpréter la course-hepet du roi comme une course visant à reproduire symboliquement et rituellement la course du fleuve lors de l’inondation-H(â)pi, afin d’assurer sa venue et, par là-même, l’arrivée d’une bonne crue répandant (khenep) son eau vivifiante (qebehou) dans tout le pays. Les hymnes royaux confirment d’ailleurs ce rôle du roi comme garant de la crue, sur laquelle repose l’ensemble du syste économique égyptien. Si la course à la rame et la course aux vases s’inscrivent pleinement dans l’idéologie royale de l’Egypte ancienne, il est désormais évident qu’elles ne peuvent être réduites à une simple démonstration de la vigueur du roi. Signalons, au risque de laisser le lecteur sur sa faim, que l’étude des autres types de courses royales recensées permet d’aboutir à la même conclusion.

Bibliographie

      Barta, Winfried, Untersuchungen zur Göttlichkeit des regierenden Königs : Ritus und Sakralkönigtum in Altägypten nach Zeugnissen der Frühzeit und des Alten Reiches, Berlin : Deutscher Kunstverlag, 1975.
      Condon, Virgina, Seven Royal Hymns of the Ramesside Period, in Munchner agyptologische Studien 37, Munchen : Deutscher Kunstverlag, 1978.
      Decker, Wolfgang, « Sportliche Elemente im altägyptischen Krönungsritual. Überlegungen zur Sphinx-Stele Amenophis’ II. », in Studien zur Altägyptischen Kultur , 5, Hamburg : Studien zur Altägyptischen Kultur, 1977.
      Hornung, Erik, Staehelin, Elisabeth, Studien zum Sedfest, AH1, Genève : Edition de Belles-Lettres, 1974.
      Hornung, Erik, Staehelin, Elisabeth, Neue Studien zum Sedfest, AH20, Basel : Schwabe, 2006.

        Kaiser, Werner, et alii, « Stadt und Tempel von Elephantine. 13./14. Grabungsbericht.», in Mitteilungen des Deutschen Archäologischen Instituts Abteilung Kairo (MDAIK), 43, 1987, pp. 75-114.
        Kees, Hermann, Der Opfertanz des ägyptischen Königs, Leipzig: J.C. Hinrichs, 1912.
        Kees, Hermann, « Nachlese zum Opfertanz des ägyptischen Königs », in Zeitschrift für Ägyptische Sprache und Altertumskunde, 52, 1915, p. 61-72.
        Posener, Georges, Littérature et politique dans l’Egypte de la XIIe dynastie, Paris : Librairie Honoré Champion, 1969.
        Postel, Lilian, « Rame ou course? Enquête lexicographique sur le terme Hpt », in Bulletin de l’Institut français d’archéologie orientale, 103, 2003, p. 377-420. [En ligne]. Disponible à l’URL : <http://www.ifao.egnet.net/bifao/103/19/>, dernière consultation le jeudi 28 juin 2018.
        Postel, Lilian, Protocole des souverains égyptiens et dogme monarchique au début du Moyen Empire : des premiers Antef au début du règne d’Amenemhat Ier, Turnhout : Brepols, 2004.
        Vandier, Jacques, Mo’alla : la tombe d’Ankhtifi et la tombe de Sébekhotep, Le Caire : Imprimerie de l’Institut français d’archéologie orientale, 1950.

Citer cette publication comme : cecilelantrain, « La course royale : un rite pluriel et polysémique », in Contextualités, 11/07/2018. [En ligne]. Disponible à l'URL : <https://contextualites.hypotheses.org/83>, dernière consultation le 13/08/2022.
  1. Decker, Wolfgang, « Sportliche Elemente im altägyptischen Krönungsritual. Überlegungen zur Sphinx-Stele Amenophis’ II. », in Studien zur Altägyptischen Kultur, 5, Hamburg : Studien zur Altägyptischen Kultur, 1977, pp. 1-20. []
  2. Hornung, Erik, Staehelin, Elisabeth, Neue Studien zum Sedfest, Basel : Schwabe, 2006, p. 92. []
  3. Postel, Lilian, Protocole des souverains égyptiens et dogme monarchique au début du Moyen Empire : des premiers Antef au début du règne d’Amenemhat Ier, Turnhout : Brepols, 2004, pp. 220-221. []
  4. Ibid., p. 221. []
  5. Vandier, Jacques, Mo’alla : la tombe d’Ankhtifi et la tombe de Sébekhotep, Le Caire : Imprimerie de l’Institut français d’archéologie orientale, 1950, pl. XIV, XL, pp. 148-152. [] []

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search